Nos missions

Gérer

Retour


L'EPF Auvergne se doit de préserver, et si possible valoriser, le patrimoine acquis pour le compte des collectivités, dans l’attente de leur affectation à leur usage final. Cela se traduit par la mise en oeuvre de travaux pour la sécurisation et la mise aux normes des immeubles. Dans les cas les plus complexes, l’Etablissement se charge des chantiers de désamiantage, démolition des bâtiments et dépollution des sols. En parallèle, il assure la gestion locative des biens à la demande et pour le compte de ses adhérents.

Sécurisation, entretien et mise aux normes des bâtiments

La première des missions du Service de Gestion des immeubles de l'Etablissement est d’assurer les biens, d’en empêcher la dégradation et de veiller à leur mise aux normes (sécurité, accessibilité, sanitaires et environnementales…). Dans un contexte législatif et réglementaire changeant, dont les exigences sont régulièrement revues à la hausse, l’EPF Auvergne accomplit pour les collectivités toutes les actions incombant au propriétaire afin qu’au terme du portage les maîtres d’ouvrage entrent en possession de biens à jour de leurs obligations.

De plus, compte tenu des périodes parfois longues de portage des biens, il est courant que le Service de Gestion des immeubles soit amené à faire réaliser des travaux d’entretien des bâtiments afin de maintenir leur intégrité. Il est aussi de son domaine de compétence de conduire des travaux plus importants de désamiantage, démolition et dépollution, en privilégiant les entreprises locales.

Enfin, lorsque les maîtres d’ouvrage souhaitent débuter les travaux d’aménagement avant le rachat des biens, le Service de Gestion des immeubles propose aussi des conventions de mise à disposition à l’attention des collectivités, leur permettant de réaliser elles-mêmes ou de faire réaliser des travaux.

  • En 2016 : 
    • *   814 bâtiments suivis par le Service de Gestion des immeubles, 
    • *   930 visites de sites dans 95 communes afin d’assurer une surveillance et un conseil technique de proximité,
    • *   1,15 Millons d’euros engagés pour des travaux.
Les travaux plus complexes

En 2015, l'EPF Auvergne a acquis un bâtiment pour le compte de la commune de Billy (850 habitants) située dans le département de l'Allier. sa volonté étant de démolir ce bâti, le service Gestion de l’Etablissement a assuré la maîtrise d’ouvrage de cette prestation. 

Les travaux ont débuté quelques heures seulement après la signature de la vente et ont duré 3 jours. Une entreprise locale basée à Creuzier-le-Neuf, a assuré les travaux de démolition, de terrassement, d’empierrement et de planéité du chemin.

Retrouvez les détails de cette opération en cliquant ici

La reconversion des friches

Afin d’apporter toujours plus de services à ses adhérents, l’EPF Auvergne s’implique activement dans la réflexion et l’action régionale, nationale voire européenne pour la reconversion des friches.

En tant qu’adhérent du Centre d’échanges et de ressources sur le foncier (CERF) Auvergne – Rhône – Alpes, l’Etablissement est membre d’un groupe de travail sur la dépollution des sols animé par IDFriches, programme régional d’action pour la requalification des friches, visant une meilleure organisation des acteurs, une plus grande visibilité des compétences et des savoir-faire et le recours à l’innovation. L’objectif du projet « filière friche » est de favoriser une réhabilitation plus facile et moins coûteuse des anciens sites industriels. Les interventions menées dans le cadre de ce programme sont réalisées grâce à des financements de l’Europe (fonds FEDER) et de la Région Auvergne–Rhône–Alpes.

Cette ouverture vers l’extérieur se traduit par une meilleure compréhension des enjeux et attentes locaux et nationaux en matière de reconversion des friches, de définition des commandes et d’analyse des offres lors de la passation de marchés de démolition, désamiantage et dépollution de sols, ainsi que par une reconnaissance du savoir-faire de l’EPF Auvergne en matière de reconquête des espaces dégradés, faisant de lui un partenaire incontournable de tout projet public de reconversion de friche.

Démolition à Clermont-Ferrand

L’EPF Auvergne a acquis, entre Novembre 2011 et Décembre 2014, plusieurs parcelles à Clermont-Ferrand sur lesquelles étaient implantées des activités industrielles agroalimentaires et commerciales. 
Une phase d’études et diagnostics préalables a été conduite en 2015, révélant la présence d’amiante dans les bâtiments et de polluants dans les sols. C’est sur cette base qu’une consultation d’entreprises a été publiée dans le cadre d’un marché de 2 lots, l’un pour le Désamiantage des bâtiments, l’autre pour la Démolition des bâtiments avec arrachage des dalles et fondations et la Dépollution des sols. 

Le chantier a duré 9 mois, de novembre 2015 à juillet 2016, et coûté 868 699 € TTC. La totalité des interventions étant éligible aux financements européens pour la reconversion des friches urbaines, le service Gestion a proposé à la Ville de Clermont-Ferrand de déposer un dossier de demande de subvention FEDER. L’opération a été sélectionnée par Clermont Communauté en septembre 2016 et est actuellement en cours d’instruction par les services de la Région. L’enveloppe totale concernée est de 1 Million d’euros, pour un financement à 60%.

Gestion locative

Lorsque cela est possible, et selon le souhait des adhérents, le Service de Gestion des immeubles peut contribuer à la valorisation socio-économique des biens par le biais de conventions de mise à disposition à titre précaire et révocable, à l’attention de tiers : locations d’habitations, activités commerciales ou associatives, exploitation agricole, jardins… Dans ce cadre, les collectivités conservent la maîtrise de leur foncier et sa disponibilité, tout en facilitant sa préservation dans le temps car les mises à dispositions favorisent, entre autres, l’entretien courant des bâtiments et limitent les effractions, les occupations illégales et les dommages qui en découlent.

  • En 2016 :
    • *   205 contrats de location de bâtiments étaient en cours : 
      • -  101 à titre d’habitation principale,
      • -  46 pour des garages, emplacements de stationnement, dépôts,
      • -  48 à titre commercial ou professionnel,
      • -  10 contrats publicitaires.


*   238 conventions d’occupation de sols étaient également en cours pour des usages agricoles ou de jardin.